JO : les joueurs de curling auraient déjà pécho 80% du public

PyeongChang - Le scandale sexuel a été révélé ce matin après que plus de 70 capotes usagées ont été retrouvées dans la chambre de Martin Rios, qui représente la Suisse. Le CIO a voulu interroger l'intéressé mais a très vite compris qu'il n'e´tait pas le seul impliqué : absolument tous les participants dans la catégorie Curling sont impliqués.

 

Le problème ? Le public n'est pas innocent. Depuis le début des JO d'hiver, un sondage réalisé hier révèle que 80% du public aurait couché avec au moins un membre d'une équipe. Les 20% restants seraient sur liste d'attente.

 

L'équipe canadienne ne cache rien et John Morris, qui joue en double avec Kaitlyn Lawes, explique que "Le curling est sans doute le plus puissant des aphrodisiaques. Depuis qu'on a commencé à jouer on nage dans les fluides corporels. On baise dix à quinze fois par jour, on a des orgies hebdomadaires, c'est une putain de débauche. Je crois que mes doigts sentent encore le cul, tenez."

 

Rachel Homan, de la même équipe mais qui joue seule, nous a confié avoir dans sa chambre "une douzaine de gens pris dans le public pour me laver, pour baiser, et dix de plus pour mes sessions dominatrix-cire-sirop d'érable." Rachel, qui nous a également montré son strap-on, semble très fière de ce qu'elle a accompli. "J'ai peut-être pas gagné la compétition mais je me suis dèjà tapé 91 personnes depuis le début des JO, Anna Hasselborg est seulement à 68, HA!"

 

Ce scandale ne pourra sans doute pas être étouffé par le CIO, et les sportifs ne risquent pas d'être sanctionnés, prédit Kevin Koe, canadien lui aussi. "Quand t'as la sueur de tes burnes sur plus de 15% du public tu peux pas dire que c'est une mauvaise chose. C'est une fierté, c'est ça le sport. On se donne à 200% pour tous les niquer."


Écrire commentaire

Commentaires: 0